Puissance et dangers des GAFAM pour notre vie privée

Les GAFAM menacent-ils notre vie privée ? À cette question, beaucoup d’utilisateurs de Google, Facebook ou Instagram répondent que non, car ils n’ont rien à cacher. Les GAFAM, est-ce juste quelques publicités ciblées… et un peu d’évasion fiscale ? Non, c’est bien pire et voilà pourquoi !  J’espère que ces informations vous aideront à prendre vos distances avec certains. Eliminez Amazon, SVP, allez, au moins Amazon ! 

Puissance et dangers des GAFAM
Avec l'aimable autorisation de Pierre Kroll, un dessinateur génial : https://pierrekroll.art/dessins/[/caption]

Les dangers des GAFAM pour notre vie privée ?

Qu’on apprécie ou non les nombreuses fonctionnalités des applis GAFAM, ces derniers procèdent à une collecte absolument insensée de nos données. Ils exploitent toutes les failles de la loi pour nous pousser à consentir, sans comprendre réellement ce qui est en jeu, au siphonnage de nos métadonnées. En croisant toutes ces informations, ils savent tout ou presque de nous.

C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que des entreprises privées disposent d'autant d'informations sur les citoyens.

Personnellement, je n’ai plus envie que Gmail puisse scanner mes e-mails, par exemple un e-mail très personnel envoyé à un membre de ma famille, afin d’en extraire des données pour m’envoyer de la publicité ciblée, sur laquelle je ne clique jamais. 

Les bras m’en tombent quand j’annonce à certaines personnes que j’ai quitté Gmail pour Lilo, pour mes emails personnels, et que certaines le prennent très mal. Oui, il y a des gens que ça rend fou que l’on ne veuille plus utiliser Gmail à titre privé. 

Il y en a ras-le-bol des monopoles !

J’en ai également ras-le-bol que Facebook soit incontournable pour accéder à certaines créations ou informations.

Certains dessinateurs de presse, que j’apprécie énormément, ne présentent leur travail, qu’au travers d’une page Facebook. D’autres créateurs de contenu, comme la famille Zéro Déchet, ne relayent pas sur leur site Web les précieux articles publiés sur le célèbre réseau social.

J’en ai assez d’entendre des gens citer Amazon à tout bout de champ lorsqu’ils envisagent un achat, alors qu’il existe plein d’alternatives (placedeslibraires, des boutiques dans votre ville). Ils sont au courant, pourtant, non, des exploits de cette entreprise en matière de mauvais traitements des salariés ?

Le danger de la surveillance exercée par les GAFAM dans nos vies

Le pillage de nos données par les GAFAM et le profilage publicitaire qui en découle peut sembler abstrait et pas très grave. Cependant, il y a vraiment du souci à se faire lorsqu’on réalise que les GAFAM se servent allègrement dans les métadonnées de votre smartphone pour savoir où vous êtes allé et quand, qui vous avez appelé hier soir, etc.

Si quelqu’un se comportait ainsi face à nous dans la réalité, on se sentirait vite inquiet.

Que se passera-t-il le jour où Facebook/Google vendront nos données aux états, aux banques, aux mutuelles ? Pourquoi se priver de ce business juteux ? 

From Forbrugerrådet Tænk.

Quand vos assistants vocaux vous espionnent…

Initialement, les assistants vocaux étaient des outils utilisés par l’armée, afin de pouvoir effectuer plusieurs tâches à la fois, dans le cadre de leurs missions. Ils ont été bien récupérés pour les smartphones et par le particulier, non handicapé, qui n’en a pas besoin mais qui adoooore les gadgets  !

Côté téléphone, on le voit lorsqu’on a le détenteur d’un téléphone Apple autour de soi…

On est en train de discuter tranquillement, avec le détenteur d’un téléphone Apple. Tout d’un coup, le détenteur du téléfon Apple le consulte et 10 minutes après : « oh ben dis donc, j’ai une pub pour ce dont on parlait… ». Et ça arrive sans arrêt, vraiment très souvent ! 

Le particulier qui s’équipe d’un Google Home ou microsoft casa, ou que sais-je, lui, s’expose encore plus et se fait une joie de laisser la machine tout contrôler : « Allume mon téléviseur, la lumière dans l’escalier, règle le chauffage… ».

Nan mais sérieux… ça ne sert à rien cette crasse d’appareil. Et bonjour le coût énergétique causé par la fainéantise du particulier, oui, celui ou celle qui se porte très bien, mais qui a besoin d’un assistant vocal pour ouvrir ses volets et faire chauffer la bouilloire.

Coût énergétique ? Oh oui !

La machine traduit et transmet cet ordre sur un serveur distant, à des milliers de kilomètres de là, juste pour que M. Tartempion puisse éviter de lever le cul de son siège. L’idiocratie a de beaux jours devant elle.

Quand l’assistant vocal remplace le chien et le chat

Pire, certains racontent tout à leur assistant vocal apparemment. La compagnie de l’être humain, du chien ou du chat, c’est has been pour certain.e.s. Or, les amoureux des enceintes vocales sous-estiment largement le pouvoir de nuisance de cet appareil.

L’être humain fait le tri dans ce que vous lui dites, soupèse vos propos, oublie certaines choses. L’enceinte, elle, écoute tout et retient, tout, même quand elle est éteinte. Les données récoltées sont ensuite transmises à des êtres humains qui retranscrivent tout.

Ça craint, non ? Charline en parle très bien aussi :

Quels usages dangereux pourraient être faits avec les  données collectées ?

On vous refusera un crédit parce que votre taux de cholestérol est trop élevé, ou parce que vous avez eu une pneumonie, ou parce que vous avez eu un défaut de paiement de votre crédit voiture il y a quelques années.

On vous refusera l’accès à un concours en raison de vos opinions politiques.

On vous refusera un crédit immobilier parce que votre montre connectée Google/votre chatbot Google Home vous aura entendu parler de vos épilepsies (que vous n’aviez pas en dessous de  50 ans).

Votre voiture enregistrera vos excès de vitesse, vos colères irraisonnées au volant…

Votre frigo connecté dira à Google que  vous mangez trop de pizzas (voir « Ces objets qui m’ont rendu fou, wedemain, numéro 20).

Et si on utilisait moins les GAFAM ?

Lorsque nous allons aux toilettes, nous fermons tous la porte derrière nous, non ? Pourquoi ? Parce qu’il s’agit de NOTRE intimité.

Accepter le comportement intrusif des GAFAM, lorsqu’on a pris connaissance de leurs abus, c’est un peu comme accepter que quelqu’un vous regarde, lorsque vous faites la grosse commission. Je suis naturellement classe, je sais.

Plus sérieusement, comment continuer à utiliser des appareils qui nous surveillent constamment ? Les experts des GAFAM ne se seraient-ils inspirés de vieux exemples de la Stasi ? Dans ce cas, le néolibéralisme ne vaut pas mieux qu’un certain communisme, tant décrié, finalement 🙂

gafam

La jeunesse s’habitue à la surveillance de masse et elle s’en fout

Parce qu’ils sont nés avec un smartphone dans la main, un certain nombre de jeunes ne seraient plus impressionnés par la lecture du livre 1984, de Georges Orwell.

Un enseignant ébahi rapporte cette phrase, d’un de ses élèves :

« On est tannés de se faire dire qu’on est surveillés tout le temps. On n’en a rien à foutre. Et si on est heureux comme ça, nous autres ?”

Ses élèves refusent de plus en plus de lire Orwell, pourtant inscrit au programme. Ils lui font comprendre qu’ils se satisfont et se satisferont de leur relative liberté, quand bien même la société de surveillance s’intensifie (« 1984 ne fait plus peur aux jeunes, ledevoir.com).

Alors, où sont les solutions, sinon dans la promotion d’alternatives aux produits GAFAM, sachant qu’il est difficile d’éviter totalement, définitivement Facebook, Instagram, etc. ?

Il existe également Diaspora, qui fait partie des réseaux sociaux libres et décentralisés.

10 réflexions au sujet de “Puissance et dangers des GAFAM pour notre vie privée”

  1. Très bel article, merci ! On ne le dira jamais assez mais oui, les GAFAM impactent vraiment nos vies, il est temps de faire de l’éducation populaire et dire aux gens, quand bien même être surveillés ne les dérange pas, quels sont les enjeux de cette surveillance de masse car, je crois qu’ils n’en ont pas toujours conscience.
    Peut-être que je me trompe mais, Diaspora et Facebook ne sont plus liés, si ? Il me semble que cette fonctionnalité n’existe plus.
    D’ailleurs, j’ai découvert ton blog via Mastodon et j’en suis très contente ! 🙂

  2. Merci pour cet article, j’ai toujours du mal avec l’argument « je n’ai rien à cacher ». Je n’ai pas vraiment de contre-argument, si ce n’est une opinion vague et assez peu élaborée qui dit que j’aime avoir une vie privée, que j’y ai droit, et que l’inverse est dangereux pour la société, l’environnement, la politique, etc.

    • Une réponse très tardive mais…voilà que Microsoft vend ses tablettes et applications à l’éducation nationale, avec la bénédiction de l’état, tout cela au nom des « bénéfices du numérique sur l’apprentissage ». Et mon luc, c’est du poulet ? Microsoft se frotte les mains devant les armées de futurs utilisateurs façonnés avec ses produits, lui livrant, enfants, leurs données, au détriment de leur vie privée et au détriment du libre (framasoft et cie). Maudits GAFAM !!!

Laisser un commentaire