Comment se préserver du narcissisme des autres sur les réseaux sociaux ?

Vous aimez faire un tour sur les réseaux sociaux, mais le narcissisme ambiant vous agace, vous fait sentir nul.le et sans intérêt ? Comment fréquenter Facebook, Instagram ou Tik-Tok, Snapchat sans perdre en estime de soi ni jalouser vos amis ? À force de mise en scène du soi, à travers des images idylliques postées par les autres, les frustrations grandissent et la réalité s’éloigne. Comment éviter la déprime ?

Se préserver du narcissime sur les réseaux en se désabonnant de ses amis !

Le bonheur affiché de Gertrude, jeune maman comblée, sur Instagram, vous fait vomir ? L’an dernier, vous enragiez sur ses photos depuis les Bahamas ? C’est normal, parce que vous ne voyez que ce que Gertrude veut bien montrer ! Elle ne parle pas des insomnies de son bébé, ni du poids qu’elle ne parvient pas à perdre 🙂 !

Hémo Roïde, quant à lui, commence à vous casser les pieds, sur Facebook, avec ses records incessants sur Runstatic (application permettant d’enregistrer ses performances de joggeur pour avoir l’air sain.e et sportif/ve et recevoir des encouragements de la part de ses amis). C’est normal, il ne vous a pas parlé de ses problèmes de boulimie qui remontent à l’adolescence !

C’est normal que ceux qui passent leur temps à publier des photos de rêve exercent une dangereuse pression sur votre estime de soi et génèrent du mal-être, car ce n’est pas une personne parmi vos contacts qui fait cela, mais en général une dizaine… et ils ne montrent jamais l’envers du décor (l’inconfort, la fatigue, le compte en banque dans le rouge, le train ou l’avion raté, les heures passées à se maquiller, la photo qui a été refaite 10 fois ou retouchée sur Photoshop…). 

Conseil N°1 : arrêtez de suivre ces gens, sur les réseaux sociaux, tout simplement ! Désabonnez-vous de leur fil d’actualité !

Comment se désabonner du fil d’actualité de quelqu’un sur Facebook ?

C’est très simple ! Lorsque vous consultez votre timeline, et qu’apparaît la publication de quelqu’un dont vous en avez marre de voir les posts passer, cliquez sur les 3 petits points en haut à droite de ladite publication et désabonnez vous, tout simplement, ou choisissez de masquer la personne pendant 30 jours.

reseaux sociaux

Vous ne verrez plus les publications de cette personne et elle n’en saura rien ! La seule façon pour vous d’y accéder sera désormais de vous rendre directement sur son profil. Simple et efficace, non ?

Comment se désabonner du fil d’actualité de quelqu’un sur Instagram ?

Même processus que cité plus haut pour échapper aux narcissiques, sur Insta : cliquez sur les 3 petits points en haut à droite de la publication que vous voyez à l’écran, et sélectionnez Ne plus Suivre.

Remplacer le narcissisme des autres par des abonnements passionnants !

Mariam ne vous racontera jamais qu’elle a mangé des pâtes pendant des mois pour se payer une semaine en Polynésie et Jean-Omar n’avouera jamais qu’il a mis 10 ans pour parvenir à faire publier sa BDs sur les bières du monde, on est bien d’accord ! 

Les publicités vous rebutent, les appels de Nour à cliquer sur J’aime pour lui prouver que vous pensez à elle vous horripilent. Les pétitions d’Anthony pour que tel footballeur soit intégré à l’équipe de France vous font grincer des dents !

Pour un fil d’actualité BEAUCOUP plus agréable à parcourir, abonnez vous donc aux pages des artistes, humoristes que vous aimez, aux pages des radios, des journaux qui publient des contenus de qualité.

Rejoignez les multiples groupes qui parlent des sujets qui sont importants pour vous : politique, zéro déchet, maquillage, pêche aux canards…

Voici d’excellentes façons de passer un temps plus qualitatif sur des plateformes d’échanges et de partage comme Instagram ou Facebook.

L’hypocrisie des amis et des followers sur Facebook ou Instagram

423 amis, dit votre profil Facebook. Qu’est-ce que ce mensonge éhonté, Mark ? Stop aux hypocrisies. On a pas des centaines d’amis sur Facebook. On a des contacts ! 

C’est comme votre patron qui vous dit, lorsque vous intégrez une entreprise, que vous rejoignez une « grande famille ». Ah, ah ah !!! Faut voir la gueule de la famille le jour où quelqu’un se fait harceler, ou virer ou mettre au placard. 

Sur Facebook et Instagram on a de simples contacts, peu d’amis ou de parents proches. On a surtout une foule de simples connaissances qui postent des contenus dont on se fout totalement ! Est-ce que ça vaut le coup de consacrer du temps de cerveau disponible à leurs publications ? Non.

400 followers, affiche Instagram… hum.

Notre société adore les chiffres, alors ça impressionne 400 personnes qui vous suivent… mais combien interagissent vraiment avec votre contenu, et à quelle fréquence ? Par ailleurs, quid des gens qui parcourent les publications sans laisser de traces de leur passage, car ils n’ont pas envie d’être un follower ?

Il peut être dur de se défaire de cette idée, mais quelle valeur ont réellement les likes que l’on reçoit. Est-ce que cela signifie simplement « Vu », ou « Je suis d’Accord »… ou n’est-ce pas, les trois quarts du temps la simple flemme de commenter, d’échanger qui nous conduit à « liker »? 

Préférer les relations sociales dans la vraie vie

Une autre façon de ne pas déprimer à cause des réseaux sociaux, c’est de préférer les relations, dans la vraie vie, à cet enchevêtrement de publications virtuelles souvent inutiles (lolcat, tests en tout genre, selfies multiples, photos de son repas de midi, nouvelle voiture).

Les échanges avec les autres en ligne ne permettent en aucun cas de réellement sociabiliser.

Les réseaux sociaux nous font perdre du temps et ils nous poussent à la sédentarité. Or, moins on prend l’air, moins on se sent bien.

Rien ne remplace les relations en chair et en os et une activité physique minimum toutes les semaines !

Essayer des réseaux sociaux sans narcissisme et décentralisés comme Diaspora…

Facebook, comme d’autres membres des GAFAM, est en situation de monopole. On devrait en toute logique pouvoir fréquenter des groupes virtuels intéressants ailleurs que sur ce réseau social…mais non.

Les forums se sont réduit à une peau de chagrin, et les alternatives aux réseaux sociaux GAFAM sont peu connues et peu fréquentées, et pourtant, elles existent !

Nous pourrions quitter les réseaux GAFAM sans être privé.e de contact avec les groupes ou amis que nous y laissons si Zuckerberg et ses équipes intègraient l’interopérabilité (via un protocole de communication nommé ActivityPub), ce qui est réclamé à corps et à cris par tous les défenseurs de la vie privée.

Qu’est-ce que l’interopérabilité ?

C’est un protocole autorisant les réseaux sociaux à communiquer les publications de leurs utilisateurs entre eux, sans que ces derniers soient obligés de s’inscrire sur tous les réseaux sociaux.

Si les GAFAM ne profitaient pas de leur monopole pour imposer leurs règles, on pourrait s’inscrire sur Diaspora, Mastodon et PixelFed (tous initiés par l’association du libre et de l’open source, Framasoft), et continuer à voir les publications Facebook et Insta des gens qui nous intéressent, sans se faire pister ni siphonner nos données. Mais il n’y aurait plus de fric à se faire sur notre dos, alors Zuckerberg a dit non…

Laisser un commentaire